Bulletin le Phare

BULLETIN LE PHARE

N°018, mai 2024

EDITO

La conception, le suivi et l’évaluation des politiques économiques d’un pays requièrent des données chiffrées sur sa situation économique. Les comptes nationaux offrent un cadre propice pour disposer d’indicateurs cohérents sur les activités économiques menées par les différents acteurs de l’économie, en particulier les niveaux de production, les coûts de production supportés, les valeurs ajoutées générées. Par ailleurs, ils permettent d’évaluer les flux de revenus (revenus du travail, revenus d’investissement, transferts) entre les différents agents économiques (entreprises, Etat, ménages, Reste du monde) en mettant notamment en exergue le rôle de l’Etat dans la redistribution de revenu. Pour le marché des biens et services, les comptes nationaux fournissent une évaluation des ressources disponibles (production, importations) ainsi que de leurs différentes formes d’utilisation (consommation intermédiaire pour la production d’autres biens et services, consommation finale des ménages et des services publics, investissements, exportations).

Ces comptes sont établis selon une année de base qui est une année pour laquelle, au-delà des sources de données courantes, des études et enquêtes plus approfondies sont menées pour disposer de statistiques actualisées sur la structure de l’économie et le niveau des agrégats économiques tels que le Produit intérieur brut (PIB). L’année de base est également l’année pour laquelle un ensemble de concepts, de nomenclatures (classifications), de méthodologies sont adoptés et sont, autant que possible, maintenus constants pour l’élaboration de la série des comptes nationaux des années suivantes. Elle est aussi souvent utilisée comme année de référence des prix pour produire les indicateurs économiques en volume qui permettent notamment de calculer l’évolution des grandeurs économiques, en termes réels.

Cependant, avec l’éloignement de l’année de base, la série des comptes nationaux peux perdre en précision et en pertinence. Il convient dès lors de la renouveler de façon périodique. A ce sujet, les recommandations internationales suggèrent de mettre en place une nouvelle année de base tous les cinq (5) à dix (10) ans, selon le niveau de développement des appareils statistiques des pays et le rythme d’évolution de la structure des économies.

Dans cette perspective, le Sénégal, à travers l’ANSD, a lancé, depuis avril 2023, des travaux d’élaboration d’une nouvelle année de base des comptes nationaux (2021), en remplacement à l’année de base actuelle (2014).

Ce présent numéro du PHARE consacre un dossier à ce projet stratégique, appelé « Rebasing ». Vous trouverez également dans ce numéro, entre autres, une interview du Coordonnateur du PHASAOC, un article sur le travail décent, clé d’une économie inclusive, un portrait d’agents du Bureau des Prix, un article sur la Direction de l'équité et de l'égalité de genre.

Nous vous souhaitons une agréable et enrichissante lecture.

Par Mamadou Ngalgou KANE,

Directeur des Statistiques économiques et de la Comptabilité nationale à l’ANSD

Publications

flash stat