Depêches ANSD

Plus

DERNIERE PUBLICATION

N° Chapitre Migration et Urbanisation


Prochaine parution

Le 00/00/0000


TELECHARGEMENT

doc Résume

pdf Version complète

excel Série



ARCHIVES



fleche Méthodes et définitions

Rapports du RGPHAE 2013 : Migration

Périodicité Mensuelle
Période couverte Dénombrement (19 novembre - 09 décembre 2013)
Délais de publication Rapport définitif publié le 25 septembre 2014
Thème Données économiques
Thèmes similaires | Rapports d'enquêtes et d'études sur la migration | Rapports du RGPHAE 2013 : Migration | Chapitres Migration des SES nationales
    

« DERNIERES INFORMATIONS »

Au Sénégal, les migrants internes durée de vie sont estimés à 1 881 603 d’individus, soit 14,6% de la population. Les régions de Dakar, de Diourbel et de Thiès ont accueilli la majeure partie de ses flux migratoires, soit respectivement 41,8%, 15,5% et 12,9%. Les régions les plus répulsives sont Ziguinchor, Kaolack, Louga et Fatick avec des indices de sortie respectifs de 25,7%, 20,2%, 19,7% et 19,4%. Le bilan migratoire durée de vie montre que la région de Dakar a enregistré le solde migratoire le plus important (+685292), alors que la région de Saint-Louis affiche le solde négatif le plus important (-74486) suivie de Louga (-45449) et Ziguinchor (-31591). Au cours des 5 dernières années, les Sénégalais partis à l’étranger sont au nombre de 156676, soit 1,2% de la population. Les principales destinations sont l’Europe (44,4%) et les pays de l’Afrique Centrale (27,5%). Le principal motif de départ est le travail (73,5%). Les migrations internationales montrent que le Sénégal a accueilli 261 145 immigrants durée de vie, soit 2,0% de la population, qu’ils soient de nationalité sénégalaise ou non. Ces immigrants viennent pour l’essentiel de l’Afrique de l’Ouest, soit 84,4%. Cette dynamique migratoire, notamment interne, continue de modifier la structure de la population du pays. Au cours des trois dernières décennies, le taux d’urbanisation du Sénégal est passé de 34 % en 1976 à 39 % en 1988 et de 41 % en 2002 à 45,2% en 2013. En somme, le Sénégal se caractérise globalement par une urbanisation galopante. Celle-ci pourrait aussi être liée à la réforme de 2008 qui a vu l’érection de certaines localités rurales en commune.

iconetheme LES DERNIERES PUBLICATIONS

Nombre de ligne à afficher:

iconetheme PRESENTATION DE LA PUBLICATION

Le Sénégal, à l’instar des autres pays africains, a réalisé son quatrième recensement de la population dans le cadre de la série des recensements de la population de la décennie 2010 (2005-2014) initiée par les Nations Unies, à travers le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), son Agence spécialisée en la matière. Les principaux objectifs assignés à ce Recensement et dont la phase de dénombrement a été bouclée en décembre 2013 sont de fournir : a) des données sur les caractéristiques socio-démographiques de la population, b) des données sur les caractéristiques de l’Habitat, c) des données de référence pour les statistiques agro-pastorales courantes, d) des bases de sondage pour les enquêtes sociodémographiques et agro-pastorales, e) des données pour le suivi de l’avancement vers les objectifs de développement nationaux et mondiaux, en particulier les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Sauf indication contraire, les données et analyses de l’ANSD sont sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.
Suivez nous !