Depêches ANSD

Plus

DERNIERE PUBLICATION

N°Chapitre Fécondité et stérilité


Prochaine parution

Le 00/00/0000


TELECHARGEMENT

doc Résume

pdf Version complète

excel Série



ARCHIVES



fleche Méthodes et définitions

Rapports du RGPHAE 2013 : Natalité

Périodicité Mensuelle
Période couverte Dénombrement (19 novembre - 09 décembre 2013)
Délais de publication Rapport définitif publié le 25 septembre 2014
Thème Données économiques
Thèmes similaires | Rapports du RGPHAE 2013 : Natalité | Natalité dans les EDS | Chapitres Démographie des SES nationales
    

« DERNIERES INFORMATIONS »

Les résultats du RGPHAE révèlent un niveau de fécondité toujours élevé et constant depuis 2002 avec en moyenne 5,1 enfants par femme. D’importantes disparités s’observent entre les milieux urbain et rural (4,1 et 6,2 enfants par femme respectivement). Au niveau régional, Dakar se singularise avec un indice synthétique de fécondité relativement faible (3,7 enfants par femme). On peut citer également les régions de Saint-Louis, Thiès (4,9 enfants par femme) avec des niveaux inférieurs à la moyenne nationale. A l’opposé, les régions de Sédhiou (7,2 enfants par femme), Matam (6,8 enfants par femme), Kaffrine et Tambacounda (6,9 enfants par femme)) conservent un niveau de fécondité relativement élevé. Depuis 2002, le niveau de la fécondité est resté stable et tourne autour de 5 enfants par femme, bien qu’il ait connu une baisse entre 1978 et 2002 (respectivement 7,1 et 5,3). L’’infécondité initiale, mesurée par la proportion des femmes en âge de procréer sans enfants nés vivants, révèle qu’une femme (15-49 ans) sur trois n’a pas encore eu une naissance vivante au moment du Recensement (38%). Les régions fortement urbanisées telles que Dakar et Thiès sont plus concernées par le phénomène. L’infécondité totale qui s’apparente à la stérilité primaire définitive se retrouve surtout dans les régions de Kédougou, Tambacounda et Louga. En fin de vie féconde, le taux d’infécondité finale apparaît faible (6%) et montre que rares sont les femmes de plus de 49 ans qui restent sans enfant et ce, quel que soit le milieu de résidence. Cela traduit, au Sénégal, le caractère marginal du phénomène de stérilité définitive en matière de procréation. Par ailleurs, les données ont montré que 16,6% de la population déclarent ne posséder aucun acte de naissance. Cette population se concentre plus en milieu rural (26,9%) et dans les régions de Kaffrine (38,7%), Tambacounda (38,0), Kolda (31,5%), Diourbel et Louga avec 25,4% chacune. En outre, cette situation touche plus les analphabètes (18,4%) et les personnes n’ayant aucun niveau d’instruction (23,9%). Enfin, les résultats révèlent que 25,6% des naissances d’1 an n’ont pas été déclarées à l’état civil et par conséquent, ces enfants ne possèdent encore aucun acte de naissance.

iconetheme LES DERNIERES PUBLICATIONS

Nombre de ligne à afficher:

iconetheme PRESENTATION DE LA PUBLICATION

Le Sénégal, à l’instar des autres pays africains, a réalisé son quatrième recensement de la population dans le cadre de la série des recensements de la population de la décennie 2010 (2005-2014) initiée par les Nations Unies, à travers le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), son Agence spécialisée en la matière. Les principaux objectifs assignés à ce Recensement et dont la phase de dénombrement a été bouclée en décembre 2013 sont de fournir : a) des données sur les caractéristiques socio-démographiques de la population, b) des données sur les caractéristiques de l’Habitat, c) des données de référence pour les statistiques agro-pastorales courantes, d) des bases de sondage pour les enquêtes sociodémographiques et agro-pastorales, e) des données pour le suivi de l’avancement vers les objectifs de développement nationaux et mondiaux, en particulier les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Sauf indication contraire, les données et analyses de l’ANSD sont sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.